Climat et biodiversité

En 2019, les activités du Pôle d’accueil Universitaire Séolane évoluent avec la prise en compte prioritaire d’une thématique phare : celle du changement climatique en montagne. Nous continuerons de traiter des risques naturels, de la biodiversité et des géosciences, mais à travers cette nouvelle perspective.

Le Groupe ECCU

Dans ce but, Séolane participe depuis Octobre 2018 au groupe ECCU « Effets du Changement Climatique en Ubaye », qui rassemble un nombre restreints de citoyens, associations, élus locaux et scientifiques pour mettre en lumière les effets du changement climatique de façon localisée, et surtout apporter ou susciter des solutions aux acteurs locaux.

Une des premières actions du groupe a été de transmettre à tous les Maires du territoire un exemplaire du Cahier « Montagne » rédigé par le GREC SUD, afin que les élus disposent d’éléments chiffrés et scientifiques. La prochaine étape sera de réunir de façon large la population locale pour faire émerger des solutions d’adaptation et/ou d’atténuation face au changement climatique.

 

Elements de contexte scientifique

L’Ubaye connaît un climat méditerranéen sec et montagnard. Les traits méditerranéens y sont marqués par un fort ensoleillement (> 2700 h.an-1), une sécheresse estivale, et une variabilité forte des précipitations inter-annuelles (730 ± 400 mm sur la période 1928-2002). Le régime climatique présente un pic de précipitations centré sur les saisons d’automme-hiver (épisodes pluvieux longs, liquide ou solide) alors que le printemps et l’été, plus secs, sont caractérisés par des orages violents et très localisés. Les précipitations exceptionnelles de 1957 sur le Queyras et l’Ubaye ont engendré une crue historique dont la période de retour centennale sert aujourd’hui d’aléa de référence pour la prévention des inondations dans le sud-est des Alpes. Les traits montagnards sont marqués par d’importantes précipitations nivales (le cumul des précipitations hivernales représente en moyenne 35% des précipitations annuelles).

La végétation, largement influencée par le climat méditerranéen à influence alpine, voit prioritairement le développement des conifères. Aux sapins, pins noirs d’Autriche et pins cembros (entre 1000 et 1300 m d’altitude), succèdent les mélèzes (entre 1300 et 1800 m d’altitude), puis les pelouses alpines (au-delà de 1900 m). Le cortège floristique intègre les principales essences de l’étage subalpin inférieur et moyen.

La vallée de l’Ubaye se caractérise également par une faune et une flore exceptionnellement riches et un environnement privilégié en terme de biodiversité, caractérisé par une multitude d’écosystèmes à double influence « péri-méditerranéenne » et « montagnarde », et qui s’organisent sous les contraintes de l’altitude, de l’orientation et de la nature géologique des versants. Certains secteurs abritent des espèces floristiques et faunistiques remarquables, qui en font des observatoires adaptés aux recherches en ecologie et paléo-environnements.

Acteurs du territoire

Le pôle Environnement de la Communauté de communes Ubaye Serre Ponçon dispose de 2 chargées de mission sur les zones Natura2000 des communes de Jausiers et de Méolans Revel.

Le Parc National du Mercantour est un acteur incontournable de l’étude et de la préservation de cette biodiversité. La zone coeur de Parc concerne plusieurs communes du territoire. Barcelonnette a intégré volontairement l’aire d’adhésion en 2017.

carte_parc_mercantour

Projets de recherche

  • Plusieurs protocoles de recherche sont mis en place en Ubaye par l’intermédiaire du PNM. Entre autres :

 

  • Une thèse a été réalisée sur 3 ans par Vincent LEFEBVRE pour le Museum d’Histoire Naturelle sur l’évolution des insectes pollinisateurs selon un gradient altitudinal. Plus d’infos >>>

 

  • Les bois subfossiles sont aussi une thématique importante de recherche localement. Plus d’infos >>>

 

%d blogueurs aiment cette page :